Vallée de Ronsard : La Possonnière en pleine "Renaissance"

Article créé le 06/11/2019




La Communauté des Territoires vendômois avait organisé une réunion, mardi 5 novembre, pour présenter les nouveaux aménagements du Jardin de la Possonnière. Laurent Brillard, son président, accompagné de Claire Granger et de Philippe Mercier, vice-présidents, ainsi que de Hugues Aufranc, ingénieur paysagiste  et Christophe Candat, directeur des espaces verts de Vendôme, ont présenté le projet. Le Jardin, d’une superficie d’un hectare, avait été doté d’une roseraie par André Eve, au début des années 2000. Des arbres anciens, dont l’état se dégradait  avaient été maintenus et l’endroit avait évolué au fil des ans, d’une manière plus ou moins improvisée.
Le manoir, acheté par la Communauté de communes du Pays de Ronsard en 2000, est donc devenu  un bâtiment public , un élément de patrimoine  dont le prestige doit servir à étayer la notoriété du territoire et à apporter à celui-ci des retombées économiques. Il est donc apparu indispensable de repenser les aménagements afin d’y attirer un maximum de visiteurs tout en respectant l’esprit du lieu.
Au terme d’un dialogue entre l’ingénieur paysagiste et l’Architecte des bâtiments de France, le parti adopté a été de recréer un jardin s’inspirant de la Renaissance, la liberté provenant de ce qu’il n’existe plus de lieu semblable de cette époque en France ; des éléments du XIXe siècle ont été intégrés, dans la mesure où le bâtiment a été largement remanié à ce moment. Il faut se souvenir qu’au temps de Ronsard, l’endroit était occupé par la basse-cour peuplée de ses divers animaux, propre à une exploitation rurale.
Les travaux ont commencé le 21 octobre par un arasage complet du site à l’exception d’une allée de tilleuls centenaires et de quelques arbres. Le jardin doit suivre une trame orthogonale composée par des pièces communicantes ainsi que cela existait au XVIe siècle. C’est en régie que s’est déroulé l’abattage des arbres et l’arrachage des végétaux non récupérables,  mis à la disposition de l’association « Les Jardins de Cassandre » qui a organisé pendant de longues années la « Foire à la Bouture » et dont les membres participent aux « Rendez-Vous au Jardin ».
Les végétaux  qui vont être plantés correspondent pour la plupart à ceux cités dans les textes de Ronsard recensés à Saint-Cosme, le prieuré tourangeau où a été inhumé le poète. Parmi ces plantes, certaines sont inattendues dans notre région  puisqu’à côté des roses, de la vigne et de la salade, des fougères et du houx… figurent la myrte, l’abricotier ou encore le laurier et la grenade… Par contre les dahlias, inconnus au XVIe siècle, seront éliminés. 173 essences de rosiers différentes, qui fleuriront tout l’été, seront implantées dans les premiers carrés du jardin. La roseraie sera suivie sur la partie gauche en regardant vers le village, d’une grande chambre de verdure, d’un bosco semi-sauvage (propre à la Renaissance) parcouru par des rigoles d’eau courante. Longeant la roseraie sur sa droite, se trouveront des abricotiers, jouxtant une petite chambre de verdure avec des plates-bandes de menthes variées et un bassin. Plus avant, au centre, se trouvera un labyrinthe d’ifs de 2m de haut, à la gauche duquel prendra place un carré de plantes médicinales, tandis qu’à droite la vigne fera son apparition. Le potager, auquel les Couturois sont si attachés, occupera la dernière chambre avec, sur la gauche un verger de pommiers taillés en gobelet. Sur les côtés, l’on verra l’allée de tilleuls (existante) et, du côté du mur,un alignement d’arbres sur plates-bandes de pivoines officinales. L’extrémité du terrain sera marquée par  une pergola avec des plantes grimpantes. Des allées, revêtues de calcaire sur le pourtour, permettront l’accès des personnes à mobilité réduite.
Le coût total de l’opération s’élèvera à près de 400 000€ HT dont 160 000 (soit 41%) seront pris en charge par l’Etat (DETR) et environ 98 000 par la Région (via le Pays vendômois). Une opération de mécénat a été lancée à hauteur d’environ 35 000€, la Communauté finançant pour sa part, un peu moins de 100 000€, soit 25% du total. Il faut rappeler que cet aménagement faisait partie du projet « Viva Leonardo da Vinci , 500 ans de Renaissance en Centre-Val-de-Loire ».
Pour entretenir le site, un jardinier en hiver et deux en été seront nécessaires ; une convention avec la ville de Vendôme permettra d’associer ponctuellement les services compétents.
En ce qui concerne l’animation du lieu, la Communauté ne disposant pas des structures nécessaires, celle-ci sera réservée aux associations en fonction des projets pertinents qu’elles proposeront. Les ateliers pédagogiques  reprendront en mars. Une première exposition, consacrée à la jeunesse de Ronsard, ouvrira ses portes au printemps.
Le nouveau jardin sera prêt pour l’ouverture du manoir, c’est-à-dire à Pâques. 
Sabine & Xavier Campion






Publié par: Sabine et Xavier Campion

Date de dernière modification de cette page: 06/11/2019


Commentaires sur cet article


Laisser un commentaire

Seules les personnes ayant un compte sur ce site, et connectées, peuvent laisser un message.
Cliquez sur le lien suivant pour vous inscrire sur ce site (gratuit), ou pour vous connecter si vous avez déjà effectué votre inscription: www.lemille-pattes.net/bo




Partager cette page






publicité - espace annonceurs

Le Mille Pattes, site d'actualité indépendant de la vallée du Loir

Le Mille Pattes, c'est plus de 9 700 visiteurs par mois !

 

Recevez par mail nos nouvelles publications en créant un compte ici, c'est rapide et gratuit

 

Le Mille-Pattes, c'est aussi sur 

      

Cliquer ici pour la vidéo de présentation du nouveau site