Vendômois : Pôle Emploi sur tous les fronts

Article créé le 09/10/2019

C’est à l’espace « Outremer », près de la gare du TGV de Vendôme, que nous avons rencontré Raphaël Duchêne, conseiller à l’insertion et à l’évolution chez Pôle Emploi.
Ce premier entretien a été consacré à un échange de points de vue sur la situation de l’emploi, les opportunités et les freins rencontrés.
Comme chacun le sait, le Vendômois connait un taux de chômage inférieur à celui de la région, ce qui représente à la fois une chance et un défi au niveau du recrutement, la main- d’œuvre restant  disponible étant souvent la moins qualifiée. Des tâches qui peuvent paraitre simples exigent des qualifications qui n’étaient pas demandées naguère : par exemple, un gardien d’immeuble doit, entre autres, disposer d’une habilitation électrique du 1er niveau pour, simplement, changer une ampoule ; un autre exemple peut être trouvé, dans le  secteur des transports routiers : les chauffeurs doivent également disposer d’une habilitation que leur employeur doit faire renouveler périodiquement, ce qui soulève certains problèmes, lorsque l’employeur ne veut pas supporter seul les frais de renouvellement.
Un autre frein réside dans la maîtrise des savoirs de base, y compris à des niveaux minima : lecture, écriture, calcul, etc. Ceux-ci sont nécessaires pour simplement lire les consignes de sécurité, et donc les appliquer. Les postulants à l’emploi sont souvent réticents à avouer leurs problèmes alors que Pôle emploi est en mesure de leur proposer des solutions qui déboucheront à terme sur un retour au travail. 
On ne peut manquer d’être interpellé par l’étendue et la variété des moyens qui existent tant au niveau des salariés qu’à celui des créateurs d’entreprise, lesquels  couvrent à peu près l’éventail des besoins ; cependant ceux qui pourraient recourir à ces aides sont, soit réticents à les demander, soit insouciants des contraintes légales soit, enfin, ont imprudemment renoncé à toute forme de travail.
Existe aussi le problème des jeunes mal orientés au début de leurs études, même supérieures ; ceux qui évoluent au sein de familles structurées peuvent adopter un nouveau parcours mais ce ne sera pas le cas pour tous et certains vont se désocialiser. Le service civique pourrait représenter une solution permettant à la fois de trouver une nouvelle voie et de rester actif ; on lui reproche cependant sa faible rémunération ainsi que le fait qu’il ne crée aucun droit  à une retraite ultérieure.
Autre frein pour le retour à l’emploi, notamment en milieu rural,  la garde d’enfants en bas âge qui peut être combinée au problème des transports. Pour l’un et l’autre des solutions peuvent être proposées.
Raphaël Duchêne a souligné qu’il aimait sa mission d’accompagnement vers le retour à l’emploi ; il ne faut pourtant pas qu’il y ait de déni de réalité de la part des demandeurs qui doivent faire confiance à leurs conseillers ; ceux-ci n’hésitent pas à explorer plusieurs voies pour les sortir de leurs difficultés.
Sabine & Xavier Campion

Hashtags liés à cette page:

#Pôle emploi






Publié par: Sabine et Xavier Campion

Date de dernière modification de cette page: 09/10/2019


Commentaires sur cet article


Laisser un commentaire

Seules les personnes ayant un compte sur ce site, et connectées, peuvent laisser un message.
Cliquez sur le lien suivant pour vous inscrire sur ce site (gratuit), ou pour vous connecter si vous avez déjà effectué votre inscription: www.lemille-pattes.net/bo




Partager cette page






publicité - espace annonceurs

Le Mille Pattes, site d'actualité indépendant de la vallée du Loir

Le Mille Pattes, c'est plus de 9 700 visiteurs par mois !

 

Recevez par mail nos nouvelles publications en créant un compte ici, c'est rapide et gratuit

 

Le Mille-Pattes, c'est aussi sur 

      

Cliquer ici pour la vidéo de présentation du nouveau site