« Chers lectrices et lecteurs du Mille-Pattes, aujourd’hui nous avons plus que besoin de votre soutien pour que l’aventure continue. Les dépenses en carburant pour nous déplacer pour recueillir vos témoignages, vous interviewer, valoriser vos lieux ou activités sont devenues trop importantes et la zone rouge a été atteinte. Pour éviter l’arrêt du Mille-Pattes nous avons besoin de votre don (déductible des impôts), même symbolique, même 2€ si vous ne pouvez pas plus, c’est la quantité de dons qui sauvera le Mille-Pattes. Cliquer ci-dessous sur le bouton "Donate" pour faire un don » (avec Paypal, ou une carte bancaire même sans avoir de compte Paypal)

Saint-Firmin-des-Prés : un projet évolutif pour un bâtiment d'exception

Article créé le 29/04/2021

Benoît Rousselet, le maire de Saint-Firmin-des-Prés, une commune de plus de 800 habitants au nord de Vendôme, avait convié la presse à faire le point sur la transformation et la réhabilitation de l’un des bâtiments historiques du bourg, situé au n° 6 de la rue de l’Auseys.

Les religieuses de Ruillé-sur-Loir à la rescousse

Ainsi que l’a rappelé Pierre Liger, ancien maire et passionné d’histoire, avec le concours d’Antoinette Boulay, le terrain, sur lequel a été construit cette bâtisse avait été acquis en 1858  par le châtelain de Moncé, Gaston de Lavau qui souhaitait y créer d’abord un orphelinat puis une structure hospitalière. En définitive, ces deux projets ont été abandonnés et ce sont deux maisons, qui ont été édifiées, la plus grande étant achevée en 1895, alors que Gaston de Lavau était décédé en 1894. Ainsi que l’a fait remarquer Pierre Liger, la seconde était une copie des communs du château de Moncé, tout proche. Finalement, cette dernière va abriter une école religieuse, avec internat, destinée aux jeunes filles, qui sera confiée aux religieuses de la Providence de Ruillé-sur-Loir (Sarthe) qui en assureront la gestion jusqu’en 1955, date à laquelle l’ensemble immobilier constitué par les deux maisons et le terrain furent mis en vente en trois lots séparés. Le plus petit des bâtiments avait servi de presbytère pendant de nombreuses années avant d’être racheté par la famille d’ Antoinette Boulay dont la grand-mère et la mère avaient fréquenté l’école religieuse voisine. En 1995 , le syndicat d’enseignement libre de Blois a loué le plus grand des bâtiments à l’association des Maisons Familiales Rurales (MFR) afin d’y poursuivre des activités d’enseignement agricole. Mis à nouveau en vente, en 2017, le bâtiment a séduit, en juin 2020,  deux Parisiens , spécialistes du « coaching » en entreprise, Stéphanie Desanlis et Jean-François Lavigne. Le lieu répondait à leurs attentes tant au point de vue personnel que professionnel : « Nous avons eu un coup de cœur pour la bâtisse, la région et l’histoire du bâtiment qui rejoint nos objectifs », a confié Stéphanie. Le lieu, qui porte désormais le nom de «[ Kampus] »  est non seulement destiné à accueillir des séminaires, des ateliers de formation, voire du « coworking » mais aussi à servir de logement à ses propriétaires qui seront donc appelés à mêler leur espace privé et celui de leur travail.

Un projet évolutif

Peut-être est-il nécessaire ici de rappeler ce qu’est le « coaching d’entreprise ». Ce concept qui est apparu, à ses débuts, comme un phénomène de mode, a, depuis, démontré son efficacité et son importance qui ne peuvent aller qu’en croissant avec le mal-être supplémentaire engendré par la crise sanitaire. « Le coaching » vise à établir l’harmonie dans un groupe en permettant à chacun d’optimiser ses capacités donc en remotivant ses membres et en faisant renaitre l’envie de « challenge » indispensable à la progression de l’entreprise. Le « coach », en tant qu’individu, doit identifier les zones de mal-être qui vont souvent se situer au niveau de pratiques de management inappropriées. Pour cela, l’une des techniques employées consiste à réunir l’ équipe dans un lieu neutre, le plus sympathique et le plus chaleureux possible afin de faire tomber les barrières entre les individus et de faciliter une plus grande compréhension. L’entreprise ne doit apparaitre comme un lieu de souffrance pour personne ; au contraire, elle doit se présenter comme un endroit où chacun a envie de donner sa pleine mesure. Il faut que tous, quel que soit leur niveau, soient conscients que le capital humain de l’entreprise est sa principale richesse . C’est cette approche humaniste que défendent avec conviction Stéphanie Desanlis et Jean-François Lavigne. L’immense bâtiment (850 m2), un peu « kitch », est le lieu rêvé pour installer des salles conviviales, des espaces attrayants propres à contribuer au dépassement  des distances hiérarchiques ou sociétales.

Stéphanie et Jean-François imaginent, avec beaucoup de générosité, un lieu ouvert à tous, aussi bien aux artistes de différents secteurs, qu’à des personnes extérieures venant témoigner de leur réalité quotidienne souvent bien éloignée de ce que peuvent imaginer des dirigeants d’entreprise ou d’administration, d’ailleurs. Notre société actuelle n’a que trop tendance à être organisée sur le modèle « des responsables qui, en petit nombre, prennent des décisions théoriques dans l’abstrait, et des exécutants nombreux qui se partagent la tâche de comprendre et de mettre en place des décisions inapplicables. » Rompre avec ces pratiques impropres et destructrices tant au niveau humain qu’au niveau social constitue un beau « challenge » dont l’on ne peut que souhaiter le succès.

L’énergie, la volonté et l’optimisme déployés par les créateurs du « [Kampus] » méritent de rencontrer un  vrai succès . La municipalité de Saint-Firmin-des-Prés a été séduite par le projet ainsi que par le professionnalisme des entrepreneurs  que la Communauté d’agglomération des Territoires vendômois suit et accompagne.

Ainsi que l’a dit Stéphanie Desanlis : « mon rêve d’enfant était de rendre le monde plus juste, et je souhaite pouvoir le réaliser ici ».

Sabine & Xavier Campion

 







Date de dernière modification de cette page: 29/04/2021


Commentaires sur cet article


Laisser un commentaire

Seules les personnes ayant un compte sur ce site, et connectées, peuvent laisser un message.
Cliquez sur le lien suivant pour vous inscrire sur ce site (gratuit), ou pour vous connecter si vous avez déjà effectué votre inscription: www.lemille-pattes.net/bo




Partager cette page






Le Mille Pattes, site d'actualité indépendant de la vallée du Loir

Le Mille Pattes, c'est plus de 13 400 visites par mois !

 

Recevez par mail nos nouvelles publications en créant un compte ici, c'est rapide et gratuit

 

Le Mille-Pattes, c'est aussi sur 

      

Cliquer ici pour la vidéo de présentation du nouveau site