Montoire : “Hist’Orius” va célébrer avec éclat le centenaire de l’Armistice

Publié par le 3 novembre 2018 Laissez vos commentaires

L’association « Hist’Orius » a pour objectif  de contribuer à l’histoire de Montoire et de son canton et de mettre en évidence le lien entre le vécu des gens et les évènements majeurs auxquels ils ont pu être mêlés.

Depuis 2014, chaque année, l’association a aidé à remettre en mémoire les épisodes de la Grande Guerre et leurs conséquences dans le canton de Montoire par des expositions et  des conférences thématiques. Grâce à elle, les histoires familiales vont trouver leur place au sein de l’épopée nationale.

La célébration de l’armistice de 1918 qui vient clore la participation d’ « Hist’Orius » à la célébration du 100ème anniversaire de la Grande Guerre ne pouvait que revêtir un éclat particulier.

Michel Cureau nous a expliqué que l’association avait réalisé 60 panneaux de 80 x 120cm qui traitent des quatre années de la Guerre et de certains thèmes qui méritant une mention particulière : au plan local, l’accueil des blessés de guerre à l’hôpital de Montoire dès le début de la guerre, la transformation du Quartier Marescot en camp de rétention pour des prisonniers allemands (aviateurs) ; au plan national la participation des soldats du canton aux grandes batailles : « nous avons voulu dépasser les bilans globaux et montrer quel a été l’impact du conflit sur chaque famille  notamment à travers la correspondance et les carnets rédigés par les combattants. La véritable histoire, c’est celle de ces vies brisées, de ces orphelins, de ces familles décimées. »

L’exposition rassemblera également la reconstitution d’une tranchée due à Jean-Pierre Gort, des mannequins revêtus d’uniformes de différentes nations, des objets utilisés par les soldats au quotidien, des armes, des casques,  des oeuvres dues à l’artisanat de tranchée, donc issues de la récupération. Cette exposition se tiendra à la salle des fêtes du 5 au 10 novembre.

Deux conférences auront lieu à la Médiathèque « Nef Europa », le mardi 6  et le vendredi 9 novembre à 17h30. La première sera donnée par Bernard Perraillon et aura pour sujet « L’année 1918 » ; la seconde  par Gino Segrais portera sur « La démobilisation des morts ».

Un ouvrage intitulé, « Nos héros, Montoire et la Grande Guerre », réalisé par « Hist’Orius » , dont la couverture est due à Pierre Delorme sera mis en vente à cette occasion. A travers divers documents (photos, cartes postales, correspondance, récits), il retrace la vie à Montoire et dans son canton, ainsi que le parcours des soldats et les répercussions du conflit dans la ville et les villages alentour.

Le 11 novembre, si chaque commune célèbrera le matin l’anniversaire de l’armistice, toutes se retrouveront, l’après-midi à 14h, place Clémenceau à Montoire pour une cérémonie partagée.

448 soldats originaires du canton, dont 101 de Montoire, sont morts pour la France.Pour chaque commune, « Hist’Orius » a confectionné une croix de bois peinte en blanc, indiquant le nombre et le nom des disparus, chaque croix étant en principe portée par un habitant. En ce qui concerne Montoire, chacune représentera l’une des victimes. Le cortège avec les drapeaux, les personnalités et les enfants des écoles, accompagné par l’Union musicale de Montoire, partira de la place Clémenceau à 14h30 pour se diriger vers la place Foch où d’ores et déjà sont installés des « totems » évoquant quelques disparus, qui formeront un cercle autour des croix  plantées sur le gazon. L’appel des morts sera suivi d’une minute de silence puis de l’hymne national avant que le cortège ne reparte vers la place Clémenceau alors que, de leur côté, les cloches de l’église sonneront à toute volée. Viendra alors le moment des discours puis d’un petit concert de musique militaire.

Le canton a payé un lourd tribut : sur 2 588 hommes mobilisés dont 712 à Montoire, 448 ont été tués dont 101 pour le chef-lieu.

Ce 11 novembre sera le jour de la dernière grande commémoration de la guerre de 1914-1918. « Hist’Orius » qui s’est tant impliqué dans ces manifestations a permis aux Montoiriens et aux habitants des villages voisins de replonger dans l’histoire de leur famille et d’appréhender les réalités d’une époque particulièrement douloureuse qui a laissé d’innombrables  blessures  aussi bien dans les paysages que dans la mémoire des hommes.

                                                                                           Xavier Campion

Merci de partager cet article 🙂
Tags : , ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.