Loir en Vallée : beaucoup de travail accompli

Publié par le 19 décembre 2018 Laissez vos commentaires

Vendredi 14 décembre, le conseil municipal de Loir-en-Vallée a commencé ses travaux en écoutant un exposé de Marine Bertin, une jeune étudiante qui fait son BTS en apprentissage auprès de la commune de Loir-en-Vallée. Dans le cadre de son parcours, celle-ci réalise un projet « tutoré » sur le thème « le maintien et le développement des services de proximité ».

Pour débuter ce travail, Marine a lancé une enquête auprès des habitants durant la période du 25 septembre au 3 novembre. Les questionnaires distribués à cette occasion ont fait l’objet de 155 retours dont le bilan se solde par un indice de satisfaction des 4/5.

Par ailleurs, l’étudiante proposait deux projets  de services supplémentaires :

-la création de bibliothèques « hors les murs » permettant d’apporter périodiquement à partir de la structure existant à Ruillé ,dans chaque commune délégué, un accès aux livres.

-l’aide aux démarches en ligne avec pour objectif,  entre autres, d’éviter l’exclusion, de favoriser l’entraide et de développer des liens sociaux.

Ces deux projets ont suscité un vif intérêt chez les personnes ayant répondu au questionnaire.

Parmi les points à l’ordre du jour figurait la mutualisation des contrats concernant les photocopieurs, « ce qui n’est pas rien ! » a déclaré le maire, Galiène Cohu ; celle-ci entraine une substantielle économie.

D’autres secteurs devraient suivre : les assurances, le service et la maintenance, les  concessions dans les cimetières, etc.

Le débat sur le Plan d’aménagement et de développement durable (PADD) annexé au Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI) a mis en relief les trois axes  autour desquels le premier s’articulait :

-renforcer le maillage territorial et assurer la mobilité de tous ;

-mettre en œuvre les conditions d’un développement équilibré et durable du territoire ;

-favoriser la qualité environnementale de celui-ci, support d’attractivité et de développement économique.

Galiène Cohu qui a eu l’occasion de présenter les travaux du PADD dans plusieurs communes, a remarqué que les débats auxquels celui-ci avait donné lieu, étaient d’une nature très différente suivant les collectivités. Elle a également fait mention d’une pression de plus en plus importante en faveur des parcs éoliens, due, suivant elle, au démantèlement annoncé des radars de la base de Tours, prévu en 2021. Sur sa proposition, le conseil a adopté le principe d’une absence de réponse, les choses n’ayant aucun caractère d’urgence jusqu’à cette date.

Le plan communal  de sauvegarde a, lui, pour objet d’identifier les risques, qu’il s’agisse d’aléas naturels ou technologiques ou de la vulnérabilité  des habitants  ; il doit organiser une réponse communale pour la protection des personnes et des biens. A cet effet, un recensement des moyens humains et matériels doit être effectué.

Guy de Malherbe est intervenu pour faire le point sur le dossier de l’église de Poncé et communiquer les premiers chiffres donnés par l’architecte, retenue, Martine Ramat.

                                                                                                             Xavier Campion

Merci de partager cet article 🙂
Tags :

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.