« Le Tartuffe » : Pierre Arditi et Jacques Weber, un duo gagnant !

Publié par le 26 février 2019 Laissez vos commentaires

Nouvelle saison, nouveau Tartuffe. Personnage indémodable, le plus célèbre des escrocs est de retour sur scène. Pour le plus grand bonheur des amoureux de Molière.

Pierre Arditi et Jacques Weber sont les maîtres du Théâtre de la Porte Saint-Martin. Le premier incarne un Tartuffe pathétique à souhait. Il s’est immiscé dans la vie d’Orgon sans crier gare. Dévot Tartuffe.

Orgon est aveuglé par son puissant charisme. Le patriarche prend une décision farfelue. Celle d’unir sa fille Marianne au prétendu saint homme. La jeune ingénue est pourtant promise à Valère, amant exquis. La famille s’unit autour de Marianne. Orgon n’est plus que l’ombre de lui-même. Dorine, la pétillante servante de Marianne, a une place centrale dans cette folle histoire. Elle n’hésite pas à se confronter à Orgon. L’honneur est en jeu. Elle défend la pauvre Marianne. L’amour est un sentiment. Orgon ne le comprend point.

Il s’inquiète pour Tartuffe comme un père envers son fils. Comment les autres osent-ils le renier ? Damis, son garçon, surprend une conversation entre Tartuffe et Elmire. La belle-mère refuse les avances de l’intrus. Damis est hors de lui. Il a maintenant la preuve que le protégé d’Orgon est un menteur.

Irruption des principaux protagonistes. Orgon rejette Damis en le nommant traître. La rupture est consommée. Orgon et Tartuffe s’étreignent longuement. Le second est plein d’empathie pour Damis, le banni. L’un est ridicule de par sa profonde naïveté quand l’autre reste un éternel profiteur. Tartuffe obtient ce qu’il désire depuis le début. L’ensemble des biens d’Orgon. Victoire.

Dans l’immense salon moderne, la tragédie se noue. Jusqu’à l’apparition d’Elmire. Elle ordonne à son époux de se dissimuler sous une table. Intelligence. Elmire invite Tartuffe. De par cette initiative, elle lui tend le plus cruel des pièges. Tartuffe la séduit plus que jamais. Le public devine le désarroi d’Orgon. Les rires fusent.

Orgon se rend instantanément compte qu’il s’est fait avoir. Il a tout perdu. Sa dignité, ses murs et ses meubles. Tous reviennent vers lui pour le soutenir.

Un dernier coup d’éclat. Une cassette enfermant des dossiers compromettants a disparu. Tartuffe est l’unique responsable de ce vol. Retournement de situation. Il accuse Orgon d’avoir nuit à l’autorité royale. Tartuffe est finalement condamné. L’arroseur arrosé.

La mise en scène de Peter Stein est ingénieuse. Les personnages se croisent dans l’escalier menant à l’étage des chambres où chacun s’enferme à sa guise. Ces pièces invisibles pour les spectateurs sont synonymes d’isolement. Colères cachées.

Pierre Arditi et Jacques Weber forment un incroyable tandem. Frères opposés. Isabelle Gélinas est une Elmire aimante et lucide. Manon Combes et Marion Malenfant, jouant   respectivement les rôles de Dorine et Marianne, sont d’une attachante complicité.

Ce Tartuffe est résolument dans l’air du temps !

                                                                                                      Marion Allard-Latour

 

Merci de partager cet article 🙂
Tags : , ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.