Chahaignes : au château de Bénéhard, le patrimoine et la vigne pour passions

Publié par le 6 mars 2019 2 Comentaires

Situé sur la commune de Chahaignes, le château de Bénéhard contrôle à la fois la vallée de la Veuve, modeste affluent du Loir qui eut, autrefois, son importance et la route menant du Mans à La Chartre puis à Tours. Les seigneurs du lieu qui portaient   le nom de Maillé de Bénéhard ont acquis au cours des siècles une certaine puissance qui s’étendait jusqu’à Ruillé dont ils détenaient la seigneurie et au Vendômois qu’ils ont  gouverné pour le compte de la Ligue. Le château construit à l’emplacement d’une ancienne forteresse a été modifié aux XVIe et XVIIe siècles.

Les propriétaires actuels sont issus d’une ancienne famille de la Martinique. « Nous cherchions à acheter un monument historique », nous a confié Anne-Sophie de Verchère qui a acquis le château et ses terres en 2015, avec son frère, Bruce de Jaham, et son neveu, Philippe de Jaham. « Nous avons éprouvé un véritable coup de foudre pour le lieu que nous avons décidé de restaurer ; c’est Bruce, sculpteur renommé, qui a pris en charge ce travail tandis que mon neveu, Philippe, et moi,  avons décidé de recréer le vignoble et de produire des vins d’exception. Nous avons donc commencé par suivre des formations.» C’est aux Antilles que Philippe avait tout d’abord acquis la connaissance et la pratique de la terre, c’est donc lui qui travaille la vigne ; pour sa part, Anne-Sophie est œnologue et maître de chai ; elle s’occupe également de la communication qui était sa première activité. Le vin est élevé de A à Z sur la propriété « Notre vignoble est né d’une passion, d’une philosophie, d’une éthique et du désir de concilier respect des terroirs et progrès œnologique. » Attachés à une agriculture durable et respectueuse de l’environnement, Anne-Sophie de Verchère et Philippe de Jaham pratiquent une méthode biodynamique sans pesticides ni engrais chimiques et tenant compte du rythme des saisons et de la nature. Sur la propriété, un hectare est actuellement productif et six autres  porteront leurs fruits dans trois ans. Il s’agit essentiellement de « Coteaux du Loir » blanc et rouge et d’une parcelle de Jasnières.

 

Le vin est élevé en fûts de chêne « Nous choisissons nous-mêmes nos barriques qui doivent être adaptées au caractère particulier de chaque cuvée. Nous caressons le rêve de faire fabriquer nos propres tonneaux dans le bois des chênes du domaine. »

La commercialisation se fait auprès de chefs étoilés ; les vins du château de Bénéhard seront également présentés au salon « Vinexpo » de Bordeaux, du 13 au 16 mai prochain.

Le domaine de Bénéhard est classé dans sa totalité. Les propriétaires acceptent les visites sur rendez-vous. On peut y découvrir les chais troglodytiques et le magnifique pressoir du XVIe siècle en cours de restauration.

Contact : atelier.terminal@orange.fr; www.chateaubenehard.fr

                                                                                                           Sabine et Xavier Campion

Merci de partager cet article 🙂
Tags :

Classés dans :

2 commentaires

  • Le 6 mars 2019 Alain Desmeuzes a écrit :

    Félicitations pour l’ensemble de vos publications qui mettent en valeur les trésors (peu connus) de la vallée du Loir. Il y avait jusque là un grand vide que vous comblez avec panache. Ancien habitant de Lhomme (le vieux logis des Tuffières) je trouvais alors que ce petit coin de paradis méritait mieux que le désert médiatique qui le caractérisait. Vous avez comblé ce vide. Bravo.

    • Le 6 mars 2019 Sabine & Xavier CAMPION a écrit :

      Merci beaucoup. Si vous avez des sujets à nous indiquer, nous sommes prêts à faire de nouvelles découvertes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.